Sections

Articles

  Match contre Futsquad
Catégorie : Aucune
Ajouté le :
Auteur : Nico
Lectures : 178
Note : Non évalué [ Evaluer ]

Résumé: by La colombe
8ème journée de championnat
Line-up :
Filou
Nico, Ju le romain, Ju Sécu, Ju le colombien
Tom, Yan, Mat

Buteur: Tom
Passeur: Néant
Arbitre OrbitX: Ju le pdt


Que dire sur ce match, sinon que nous avions la main mise sur le jeu mais aussi difficile qu’est de grimper une Dune à moitié dévêtue en fredonnant une douce mélodie de Freddy Mercury, nous n’avons jamais réussi à monter d’un cran notre niveau. La première mi-temps se déroule tel un round d’observation, nous avons quelques occasions mais le Shining n’est pas au rendez vous (je dirais même qu’elle fuit nos buteurs, tel un fond de Jack sentant l’haleine putride mais néanmoins attirante ((pour certains…Nico entre autre)) de notre cher président cherchant désespérément à étancher sa soif un lendemain de soirée à thème…L’homme qui n’aimait pas les femmes).

Bref… la mi-temps arriva sur le score de zéro à zéro, la Brume commençait à s’immiscer en nous tel une cerise prise au piège, face à face, avec le poum poum short de notre unique supporter, ondulant au grès d’un laps dance plus que controversé…

Nous tentâmes de nous rebooster sur la touche, de trouver une motivation tel les coureurs de Marche ou crève, mais la seconde mi-temps fut une pâle copie de la première (surement l’absence de viseur caressant notre nuque… à méditer pour les prochaines rencontres), avec tout de même quelques incursions dans le camp adverse finalisées par de nombreuses frappes souvent contrées ou dénuées de grinta…à noter tout de même une très bonne défense de notre part solide et bien encrée, où nous avons pu d’ailleurs voir the little rock détrôner de son poste, en effet alors qu’il se promenait tranquillement à la recherche d’un petit oiseau pour subvenir à sa pénurie de sopalin, il vit la nuit tomber bien vite, puis s’aperçu que ce n’était pas la nuit qui obscurcissez son champ de vision, intrigué il se retourna et vu….THE MOUNTAIN… « et oui petite pierre…roule…roule loin…et n’amasse pas mousse… »…

Bref…plus la seconde mi-temps s’écoulait plus l’ombre de la défaite planait sur nous telle La Faucheuse prête à nous cueillir à tout moment, en effet n’élevant pas notre niveau de jeu pour tuer la match les futsquad redoublèrent d’effort pour percer notre défense et nous sentîmes plus d’une fois la peur nous caresser l’échine…

Mais au dernier moment n’y croyant plus, tel Carrie voyant sa tendre enfance lui glisser inexorablement entre les cuisses, sentant notre fougue nous échapper, le miracle se produisit …sur une frappe, n‘ayons pas peur des mots, toute patchaque de notre buteur favori, Tom, qui marqua on ne sait trop comment.

En effet la balle se dirigea tout lentement vers le gardien adverse, mais décida de fuir ces mains au dernier moment, pour terminer sa course dans le petit filet.

Après cela d’un commun accord les arbitres sifflèrent la fin du match…

A noter, à la fin du match s’inspirant du Livre sans nom (j’en connais un mieux en passant) notre arbitre tenta de signer anonymement la feuille de match espérant que son humour pittoresque soit enfin reconnue par ses pairs.

Malheureusement il se trompa lourdement, et mesura avec effroi tout le poids de son erreur, lorsqu’il vit…délicatement…sous la douche…un petit morceau de wax (selon ses dires) glisser gentiment vers lui.

N’écoutant que sa politesse et toute l’éducation qu’il avait reçu durant sa jeunesse du bout d’une ceinture affublée d’une boucle Dolce Gabanna, qui soit disant passant souleva d’innombrables question sur l’origine des deux consonnes délicatement gravées sur sa partie la plus charnue, il se baissa gentiment pour ramasser la petite wax et la rendre à son heureux propriétaire adepte de la glisse…

Il s’arrêtât net, le regard empli d’effroi, lorsqu’il vit que le petit morceau, qu’il avait pris malencontreusement pour de la wax, n’était autre …qu’une savonnette lancée intentionnellement vers lui à son insu…et là il entendit une voix qui n’allez plus le quitter, et le suivre jusque dans ses rêves les plus inavouables…
« Et oui mon chaton, tout le monde ne partage pas ton humour si fin et si juste… »